18 janvier 2011

Premier post de ce blog 19 janvier 2005

http://jaucourt.canalblog.com

Rencontre dans les salles cirées des archives...

jpg_sacre_bis

 

Dans les années 1970-1980, je cherchais des anecdotes historiques pour garnir une partie des colonnes d’un journal militant « Combat socialiste ». Le corps du journal était consacré à des prises de position sur des problèmes locaux, il n’en manquait pas, et à une expression sur la situation politique nationale. La section locale du Parti Socialiste diffusait ce petit journal régulièrement dans les boîtes à lettre du canton. Une fois par mois, quel que soit le temps, il était distribué le matin de bonne heure aux voyageurs qui prenaient le train à la gare SNCF de Gretz.

Pour rédiger ces petits articles historiques, je fréquentais

Les Archives départementales et nationales, des bibliothèques historiques de la région parisienne, le Centre Beaubourg qui venait d’être inauguré et allait devenir le centre Pompidou ainsi que les mairies du canton de Tournan où je déchiffrais les registres municipaux et les compte-rendus des conseils.

Ces visites me permettaient de faire revivre quelques épisodes oubliés de l’histoire locale qui s’inscrivaient dans les grands mouvements nationaux de notre passé. Et les quelques lecteurs qui ne roulaient pas en boule notre tract - pour le jeter au mieux dans une poubelle, au pire sur le quai - pouvaient découvrir des ressemblances avec des situations contemporaines.

Des notables locaux oubliés réapparaissaient ainsi au souvenir de nos lecteurs :Omer Talon, père de Zoé Talon, favorite royale sous la Restauration, décédé à Gretz ; le prince de Conti traqué dans la forêt d’Armainvilliers, le peintre David arrêté sur le territoire de Favières après la chûte de Robespierre et de Saint-Just. Les importantes manifestations xénophobes sur Chaumes en Brie qui ont accompagné la construction par des ouvriers italiens des lignes de chemin de fer, le récit d’un voyage inopiné en ballon au-dessus des forêts de Seine-et-Marne après la rupture du cable retenant un ballon captif et son atterrissage dans un champ de Gastins, les débats qui ont précédé l’électrification, la distribution de l’eau potable, le financement des réseaux de téléphone et d’assainissement…

Parmi ces figures locales, apparut François-Arnail de Jaucourt, fils d’une illustre famille. Ses rares biographies le présentaient comme un homme politique peu connu ayant été un éphémère Ministre de la Marine et des Affaires étrangères sous la Restauration.

Né en 1757, à Tournan ou à Paris et décédé à Presles en Brie, il reliait Louis XV à Napoléon III.

Il avait bénéficié d’un grande longévité et fait preuve d’assez de finesse et d’opportunisme pour survivre dans des époques troublées.

Son nom était associé à Presles et à Tournan.

Presles gardait le souvenir d’un château habité par la famille Jaucourt qui avait donné un Maire et laissé un monument funéraire dans le cimetière.

Tournan où sa famille possédait le château de Combreux l’avait connu comme Commandant de la Garde-nationale.

 

François-Arnail de Jaucourt ne fit pas l’objet d’une chronique dans le journal militant.

Sa vie romanesque nécessitait plus d’espace et de temps.

Surtout pour corriger l’aspect particulièrement terne et médiocre qui avait été décrit par ses rares biographes. Ceux-ci n’avaient pas succombé au charme indéniable qui ressort du tableau peint par David et des quelques portraits publiés dans un ouvrage regroupant sa correspondance avec le Prince de Talleyrand pendant le Congrès de Vienne.

Charme auquel ses amies Germaine Necker et Madame de Châtre n’étaient pas indifférentes.

 

Après une interruption d’un quart de siècle, je m’apprête à reprendre mes notes et mon enquête sur Arnail-François de Jaucourt en utilisant les possibilités des blogs.

Posté par deslilas à 12:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Commentaires sur Premier post de ce blog 19 janvier 2005

Nouveau commentaire